"Ça arrive" : refuser la fatalité des violences sexuelles

21 mai 2024
Télécharger le podcast

Dans le huit clos d'un commissariat du 1er arrondissement de Marseille, trois enquêteurs – Sébastien Virende, Johanne Belaga et Anthony Rizzo – affrontent quotidiennement le poids des récits de viols perpétrés dans la cité phocéenne. Le film "Ça arrive", dirigé par Sabrina Nouchi, s'inspire de ces réalités crues et "routinières" pour plonger le spectateur au cœur des dépositions, confrontations et auditions qui rythment la vie de cette brigade des mœurs.

L'idée du film a émergé d'une improvisation dans l'école de théâtre de Sabrina Nouchi, la Fabrique de l'Acteur. Ce moment spontané a déclenché l'envie de créer une œuvre où la parole des victimes et des accusés est mise en avant, capturée dans sa forme la plus brute. Cette approche documentaire vise à offrir une perspective sans filtre sur des témoignages souvent déformés par la justice et les médias.

"Ça arrive" présente une structure narrative non linéaire, morcelée, presque documentaire. Sabrina Nouchi voulait que le fil conducteur soit le viol lui-même, et non un personnage. Le film montre ainsi la réalité sordide des violences sexuelles sans s'attacher émotionnellement aux victimes ou aux agresseurs, permettant au spectateur de juger chaque situation de manière objective.

Les trois protagonistes, confrontés à une série d'affaires de viol, doivent naviguer entre professionnalisme et épuisement émotionnel. Sébastien Virende, proche de la retraite, apporte son expérience et sa lassitude au poste. Johanne Belaga, collègue de longue date, et Anthony Rizzo, nouvelle recrue, forment avec lui une équipe soudée par l'humour et la solidarité face à la dure réalité de leur travail. Ensemble, ils recueillent les récits des victimes, traversant demi-vérités et fausses déclarations, confrontations et aveux, pour tenter de faire émerger une vérité toujours relative.

L'authenticité des performances est renforcée par le choix de Sabrina Nouchi de travailler avec des acteurs issus de sa formation, assurant une direction précise et efficace. Le film, tourné en sept jours avec deux caméras, met l'accent sur le jeu des acteurs, pour privilégier la vérité des émotions et des situations.

"Ça arrive" n'est pas qu'une simple succession de témoignages; il s'agit d'une réflexion sur la justice, les failles du système et la manière dont chaque individu, qu'il soit victime, policier ou agresseur, est pris dans un réseau complexe d'émotions et de jugements. Le spectateur est invité à s'immerger dans cette réalité, à ressentir l'ambivalence de chaque situation, sans tomber dans le pathos ni le voyeurisme et c'est là une vraie nouveauté.

Le film soulève des questions essentielles sur la vérité et la justice, confrontant le spectateur à ses propres préjugés et émotions. À travers ce huis clos poignant, Sabrina Nouchi réussit à offrir un regard neuf et nécessaire sur les violences sexuelles, rappelant que le drame peut frapper n'importe qui, n'importe où, n'importe quand.

Entretien réalisé dans le cadre du festival de Cannes 2024